Shoot famille au Parc du Paradis à Braine l’Alleud

Il y a quelques semaines, ce couple de parents m’a contacté pour des images de/avec et sans leur petite fille âgée de 1an.

Nous avons échangé pour trouver le lieu qui conviendrait à leur séance et sommes allés au Parc du Paradis en fin de journée. Le lieu est propre, net et offre une belle diversité de points de vue.

Je ne vous présente que des images du couple puisqu’ils préservent leur fille de la visibilité sur les réseaux sociaux mais n’hésitez pas à visiter les pages du Portfolio pour des exemples de shoot famille.

Photos d’enfant(s) à la mer !

! Entre le 18 et le 25 juillet, je vous propose des séances photos famille/enfant(s) à Westende. Toutes les infos en bas de l’article !

Les dunes

Quelques images dans les dunes, quelques images dans un jardin, c’est en 1h15 que j’ai pu réaliser cette séance. Je limite le temps de prise de vue afin d’éviter la fatigue chez l’enfant et de garder des images avec un petit bout plein de vie.

Un jardin

D’un point de vue technique, j’ai principalement travaillé au 56mm, mais aussi au 35mm. Deux focales qui permettent de conserver la distance souhaitée actuellement, tout en garantissant une belle qualité d’image.

J’alterne les images pour lesquelles on essaie de capter l’attention du sujet :

Les dunes

Avec celles pour lesquelles je le laisse découvrir le monde qui l’entoure :

Les dunes

Ma proposition :

  • Une occasion unique de réaliser des photos ensemble à la côte
  • Un décor hyper sympa, naturel. Proche d’un parking et de toilettes 😉
  • 30 photos retravaillées, livrées en haute définition
  • Une galerie web avec mot de passe pour partager les images avec vos proches
  • Un tarif préférentiel par rapport à mes séances famille de 150 euros TVAC au lieu de 200 euros TVA

Vous souhaitez réserver ? Ca se passe via la page Contact

Salut l’artiste

Ce samedi, je ressens le besoin de vous parler d’un aspect de la photographie auquel on est parfois confronté : la mémoire de nos proches.

Photographe : Gaétan Santarelli

Mon frère a perdu un pote récemment, et sa photo fut choisie pour le faire-part. Toujours difficile mais aussi l’occasion de révéler une fonction particulière de nos images : la mémoire.

La première fois, et la plus marquante

La première fois, pour autant que je m’en souvienne, que l’on m’a demandé si on pouvait utiliser une de mes images pour un faire-part, je pense que c’était pour le grand-père d’un marié dont j’avais effectué le reportage photo.

Le plus marquant à mes yeux fut le jour ou l’arrière petite-fille de la personne disparue m’a accueilli lors de la livraison des photos à ses parents par un « Mamy elle est partie ». La spontanéité et la simplicité de cette petite fille m’a envoyé directement dans les yeux toutes les photos que j’avais prises de cette personne lors du reportage.

Quelques souvenirs d’un moment

J’ai pu croiser ce garçon lors d’une activité d’un groupe de photographe sur Mons lors de laquelle on réalisait des portraits de lui avec ses instruments. Quand on photographie une personne, on découvre son intimité l’espace du temps partagé, on se sent connecté à lui, on l’aide à s’exprimer, à exprimer qui il est. C’est un moment court, mais intense, systématiquement.

Le rôle de la photographie

Lors des premières fois, c’était assez bouleversant et révélateur pour moi de comprendre que la photo signifiait aussi de figer l’image des personnes qui disparaitront un jour. Cela ajouta encore davantage de sens pour moi dans l’exercice de ma passion, de mon travail. Aujourd’hui, j’ai malheureusement déjà du fouiller plusieurs fois mes archives pour partager des images avec les familles, et c’est toujours une sensation particulière de partager finalement peu de chose, que ces quelques images parmi les milliers de photos déjà faites, mais qui gardent une valeur extrêmement forte pour les proches.

D’un point de vue très personnel, je ressens à chaque fois avec la même intensité la tristesse du moment. Ce souvenir est également ce qui me pousse à photographier des scènes de vie de mon quotidien, d’amis autour d’un verre, posés en terrasse ou dans mon salon, des éclats de rire, des éclats de vie.

Salut

Puissent les quelques notes de ce musicien résonner encore longtemps dans la mémoire de ses amis, de ses proches, des personnes qui ont croisé son chemin. Il a vécu son rêve de musique bien trop peu longtemps, mais il l’a vécu, et en cela je l’admire en cette journée particulière.

Puisqu’un regard sur une personne n’est pas unique, je vous laisse sur l’image faite de lui par mon amie Maylis dont j’affectionne tellement les images, quelques mois après la séance avec les autres photographes :

Photographe : Ladra

L’histoire des photos de Ducasse 2020

Le confinement m’a amené à consacrer beaucoup plus d’attention à l’exercice de l’autoportrait.

Quand tu vois ton pote qui ramène 250 pintes à la sortie de Ste Waudru après la Descente de Chasse

C’est un exercice que je trouve excessivement compliqué à principalement parce que ma photographie est basée sur l’observation, sur le fait de ressentir le moment et d’appuyer sur le déclencheur. Tout ceci m’est compliqué dans l’autoportrait.

A la veille de la non Ducasse 2020, je me suis retrouvé à boire quelques mousses avec une amie proche dans la cour de la maison et une fois la vue sur cette guirlande lumineuse, j’ai eu envie de tenter quelques images. J’ai réfléchi à ces images pendant 24h puis me suis lancé.

Au niveau setup :

  • Lampe led réglable en intensité qui permet de gérer l’équilibre entre la lumière sur le sujet et l’ambiance. J’ai ce modèle sur Amazon.
  • X-PRO2 56mm et 35mm , le duo classique pour mes séances de portrait. Il permettent de bien jouer avec un flou dans le fond de l’image et donc de permettre de suivre le délire que j’avais en tête d’imaginer des scènes de Ducasse.
  • Une bière pour cadrer l’ambiance « Ducasse »
  • Une guirlande lumineuse IKEA attrapée aux soldes il y a quelques années.
  • L’application Fuji Cam remote qui permet de voir ce que voit l’appareil photo, en direct, et de déclencher l’appareil.
Quand ton pote regarde davantage les bières que tu ramènes que ta tête

Ensuite, il a fallu se déconnecter des aspects techniques, appuyer sur le déclencheur en pensant à des scènes de Ducasse. Pour moi, sans doute la partie la plus créative de l’exercice et finalement la plus drôle.

Finalement, ces images font partie du post qui a généré le plus de réactions sur ma page sur les 12 derniers mois ^^. Pour ceux qui ne les ont pas toutes vues, elles sont ici :

Des photos pour le CV des étudiants de l’UCLouvain Fucam Mons

Cette année, j’ai pu réaliser à nouveau le reportage de la remise de diplomes de la LSM.
Par le passé j’ai fait plusieurs fois l’UCL Mons également. J’aime beaucoup ce genre de moment chargés en émotions et le fait de devoir aller chercher des images un peu différentes de celles auxquelles on s’attend.

Mais cette année, l’exercice qui a retenu mon attention à Mons, c’était le fait de réaliser les portraits d’étudiants pour leur CV a