Mes impressions sur le Fuji X-M1

L’idée de cet article n’est pas de faire un test technique, pour cela tapez « Test Fuji XM-1 » sur Google et vous serez servis, mais bien de vous donner mes impressions du terrain, à l’utilisation de cet appareil.

Lien vers la fiche technique Fuji.

[Cliquez sur les images pour les observer en plus grand format]

Tout a commencé il y a quelques mois, je cherchais un boitier compact, qui peut me suivre partout mais qui m’offre une qualité acceptable à sensibilité élevée. En effet, je bouge pas mal pour le boulot et cela me frustre de devoir prendre des photos avec un appareil dont la qualité d’image ne me satisfait pas à 100%.

Après avoir envisagé plusieurs solutions chez Canon, Nikon, Leica, je m’intéressais aux Fuji quand j’ai appris l’arrivée de ce mystérieux XM-1. Après avoir consulté ses caractéristiques sur le net, j’ai pensé que ce serait mon compagnon idéal et attendais donc sa sortie avec impatience quand…

xm1

Son prix est de 749 euros, ce qui correspond un peu plus à un budget de petit reflex que de compact mais j’avais bon espoir sur le résultat.

Le boitier est bien fini et a une apparence solide mais paraît extrêmement léger. L’optique parait solide et lourde. Le tout a un look vintage assez sympa !

credit : techfever.net
credit : techfever.net

Après quelques images, ce déséquilibre vers l’avant n’est pas des plus agréable et induit une tension dans le poignet. Aussi, interrupteur on-off paraît un peu … brolique lors de l’utilisation à une main.

Sa plage dynamique est assez surprenante, tout comme les résultats en haute sensibilité. En terme de bruit, il s’en sort par exemple mieux qu’un 50D (boitier semi-pro d’il y a quelques années).

1600 iso
1600 iso

Un point faible est son flash intégré (nombre guide de 7 à 200 iso) qui est fort faible et qui, en combinaison avec le pare-soleil induit une ombre sur le coin inférieur droit de l’image. Je sais, il suffit de le retirer mais… c’est ch*ant. (Aussi, en mode silencieux, le flash ne déclenche pas… à savoir pour ne pas chercher pendant 10 minutes 😉 )

à 50mm, sur mur blanc à 1m
à 50mm, sur mur blanc à 1m

Pour ce qui est de l’encombrement, je ne vais pas vous mentir, il ne rentre pas dans ma poche mais bien dans un petit sac ou dans un coin du sac à dos : ce qui me convient très bien.

Son mode macro est à bannir de l’utilisation avec l’objectif standard 16-50mm, ca ne sert pas à grand chose à mes yeux. Par contre, avec 5.6 images par seconde, il est déjà possible de faire de bonnes rafale et donc de sortir de bonnes photos de sport, si on est bien placé (16-50mm, ça limite).

Pour ce qui est du post-traitement, il vous faudra installer la version 5.2 de Lightroom ou utiliser le programme fourni avec l’appareil (pour ma part, j’ai préféré la première solution).  J’ai été agréablement surpris du rendu des images, une belle dynamique et une qualité d’image digne d’un petit réflex, pas étonnant quand on sait que l’on dispose d’un capteur de la taille de celui d’un APS-C, qui est le capteur déjà éprouvé par Fuji sur d’autres appareil de la gamme.

Mariage

J’ai embarqué mon nouveau compagnon au mariage de Jessica et Emilien. C’est un bon complément au boitier pro. En effet, se promener avec deux boîtiers reflex est assez encombrant et lourd. Mais on a toujours besoin d’une focale « normale » quand on vient de monter un zoom sur l’appareil et que Tonton rigolo nous demande de prendre une photo de lui et ses petits neveux. A ce moment là, le Fuji tombe à pic ! Aussi, avec son écran orientable, il permet d’aller chercher facilement des angles un peu surprenant.

Sans retouche
Sans retouche

 

Sans retouche
Sans retouche

 

Sans retouche
Sans retouche

Portrait

J’ai demandé à Chloé de m’accompagner pour poser pour quelques images, sans garantie de résultat (puisque c’était mon premier shooting portrait au Fuji). De nouveau le Fuji m’a agréablement surpris. Evidemment avec cet objectif de kit, il faut ruser pour avoir une profondeur de champs restreinte mais la qualité d’image est au rendez-vous.

Chloé
Chloé

Santarelli (6 sur 24)

Paris

Une fois de temps en temps, il est bon de souffler un petit peu. Je suis parti quelques jours avec mon ami photographe Arnaud Roberti. Je n’avais ni envie de passer mes vacances avec un sac à dos de X kg, ni envie d’attirer le regard de tous les passants sur du matériel encombrant. Il m’a impressionné sur la gestion des différences d’exposition au sein d’une même image.

Santarelli (29 sur 41)

Bref il a continué à me contenter, avec toutefois un bémol sur l’absence de viseur optique. En effet, en plein soleil, j’ai été obligé de monter la luminosité de l’écran LCD au maximum, ce qui a eu pour effet quasi immédiat de m’afficher la « batterie faible » alors qu’il me restait 2 crans de batterie sur 3 juste avant…

Santarelli (41 sur 41) Santarelli (28 sur 41) Santarelli (18 sur 41) Santarelli (8 sur 41) Santarelli (2 sur 41) Santarelli (4 sur 41)

Every day life picture

J’aime assez me promener avec mon appareil, le glisser au fond de mon sac quand je suis en déplacement et pour cette utilisation, le Fuji est parfait. Il le serait encore davantage avec une focale fixe à grande ouverture mais ce sera pour les mois à venir, si je continue à l’utiliser de manière assidue. A l’heure actuelle, il me permet déjà d’avoir des images de qualité de mes clichés pris au détour de mes journées. Sa compacité permet de rester discret et donc de sortir quelques chouettes images, des moments volés comme on les aime.

Santarelli (26 sur 41) Santarelli (21 sur 41)

Coucher de soleil chez Didier, qui arrive sans prévenir. Content d'avoir un bon outil sous la main !
Coucher de soleil chez Didier, qui arrive sans prévenir. Content d’avoir un bon outil sous la main !
Coucher de soleil chez Didier, qui arrive sans prévenir. Content d'avoir un bon outil sous la main !
Coucher de soleil chez Didier, qui arrive sans prévenir. Content d’avoir un bon outil sous la main !
Conclusion
  •  Bon appareil, bonne qualité d’image
  • Finition perfectible (interrupteur, simplicité d’utilisation).
  • Compagnon idéal de Mr Tout le Monde ou du photographe qui veut qqch de plus compact que son matériel habituel
  • Bonne gestion du bruit
  • L’achat d’une focale fixe dans les mois/années à venir si je continue à l’utiliser assidûment.

3 réflexions sur “Mes impressions sur le Fuji X-M1

  1. J’ai le xm1 depuis quelques années et je l’utilise souvent avec le 18-55 mm en complément de mon Nikon d750 équipé d’un 70-200 mm. Mais c’est avec le 27mm 2.8 pancake que je le préfère pour de la photo de rue car là, il tient vraiment dans la poche et personne n’y fait attention alors qu’il vaut un bon aps-c question qualité d’image ! En plus, on peu vraiment le personnaliser en définissant une sensibilité préférée et une autre maximale ainsi qu’une ouverture préférée et une vitesse minimale ce qui garantit des photos réussies à la mise sous tension sans réglage préalable : le top ! Il offre même des fonctions avancées qu’on ne trouve pas sur tous les reflex pro comme la sur-impression de photos avec visualisation en cours de prise de vue. On s’habitue à l’absence de viseur garant de sa compacité et le seul réel défaut que je lui trouve, c’est d’être limité à 30s de temps de pose d’autant plus qu’il n’y a pas de pose T. Y aura-t-il un xm2 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.