[Mons] – Mons est Charlie

 

Pas grand chose à ajouter textuellement par rapport à cette marche citoyenne suite aux récents évènements à Paris.

Puisque je sais que beaucoup des lecteurs de mon blog sont des passionnés de photographie et sont intéressés par la manière dont j’aborde mes reportages, je vais vous expliquer comment j’ai abordé ces images.

Tout d’abord, quelques images en sortant vendredi soir, en passant par les lieux sur lesquels je m’attendais à trouver quelque chose :

Le Plaza Art

Santarelli (38 sur 72)

Le Singe du Grand Garde

Santarelli (36 sur 72)

Pas forcément besoin de prendre un « portrait » de ce petit singe, pour les Montois, sa silhouette floue suffit pour le reconnaître.

Ensuite, ce dimanche, je suis sorti avec 2 optiques :
– Fuji 18 mm F2 pour pouvoir prendre des plans d’ensemble
– Fuji 56 mm F 1.2  pour pouvoir prendre des images avec une courte profondeur de champs, sur des plans serrés.

Dès le départ, je sais que mon reportage sera en noir et blanc. Je trouve que cela rend davantage l’ambiance de ce type d’événement.

Sur mon chemin, je trouve comment commencer ce reportage :

Santarelli (4 sur 34)

J’arrive sur la place, je vois au loin un vieux monsieur en train d’attacher quelque chose sur le singe… je sens que je suis en train de rater une très bonne image mais.. je me contenterai d’en photographier le résultat.
Santarelli (5 sur 34)

J’arrive en bas de la rue de Nimy. Pas énormément de monde mais une petite dizaine de personne en tout équipées d’un appareil photo. J’aime assez sentir que je dois me différencier pour que mes images ressortent ensuite, une sorte de pression positive.

Puisqu’on parle de liberté de la Presse et que l’on est près du Club de la Presse du Hainaut, je prends cette image :
Santarelli (7 sur 34)

 

 

Je traîne au milieu des gens, pour saisir quelques images-symboles, et trouve ces lecteurs de Charlie Hebdo :
Santarelli (20 sur 34)

Mons étant un vrai village, je trouve une de mes anciennes prof de math, que je sais engagée dans beaucoup d’association avec cette pancarte du le dos :

Santarelli (23 sur 34)

Quelques politiques des plusieurs partis sont présents, à titre personnel, je pense important de le relater également au travers des images du reportage.

Santarelli (25 sur 34)

Je retrouve mes lecteurs de Charlie Hebdo et je dois bien avouer qu’il n’y a pas beaucoup de symboles photogéniques dans le cortège. Je prends donc une autre images de ces personnes.

Santarelli (26 sur 34)

Je vois une personne avec un slogan très moyen sur un grand carton. Ca rentrait bien dans une image mais n’étant pas vraiment d’accord avec le message porté, je choisis de ne pas prendre l’image et de la laisser s’envoler. Prendre des photos, c’est choisir un angle, c’est faire des choix et je préfère garder un reportage lisse, ne portant pas à polémique, puisque je considère que ce n’est pas l’objectif de la marche, ni mon objectif.

Je trouve un autre symbole à saisir :

Santarelli (28 sur 34)

Toujours fan des contre-jour, le haut de la rue de Nimy étant récemment libéré de la structure d’Arne Quinze, c’est l’occasion d’en faire un : Santarelli (11 sur 34)

Arrivé en haut de la rue de Nimy, je trouve de quoi encadrer mon sujet. Après plusieurs essais, je me rends compte qu’il n’y a pas énormément de panneaux portés par les personnes dans cette marche, j’aurai préféré quelque chose de plus symbolique mais je garde quand même cette image. Santarelli (15 sur 34)

Deux mètres plus loin, un restaurateur a placé ce panneau en carton, l’Hôtel de ville en arrière-plan, j’ai une chouette image à saisir !Santarelli (16 sur 34)

Dans les images que les gens attendent sans doute, il y a la foule et l’Hôtel de ville. Comme je connais la place, je me place directement à un endroit ou je sais qu’avec mon 18mm , j’aurai les gens et les façades. Santarelli (17 sur 34)

En quittant la place, je cherche une image minimaliste et trouve ceci :

Santarelli (34 sur 34)

Dans le piétonnier, ayant quitté le rassemblement, je vois des mots sur les vitrines. Prendre uniquement les mots, je l’ai déjà fait mais ça manque un peu de dynamisme. Je choisis donc mon angle et attend le passage d’un Montois pour donner du mouvement à l’image. J’aime avoir ce type d’image pour clotûrer la série :
Santarelli (18 sur 34)Ces images étaient ma manière de soutenir la liberté de la presse, je ne peux m’empêcher d’avoir une pensée pour ces gens qui risquent leur vie pour quelques photos de guerre, et pour ceux qui sont partis trop tôt il y a quelques jours.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.