Interview modèle : Lissa M.

 Comme expliqué dans cet article, je m’intéresse en ce début 2017 aux modèles et à leur ressenti.

Aujourd’hui c’est Lissa qui se prête à l’exercice !

1. Tu te présentes en quelques mots ? Qui es-tu ? 

Bonjour, je m’appelle Lissa, j’ai 25 ans et je suis professeur de français langue étrangère, j’ai ainsi la chance d’exercer un métier qui me passionne. En plus du monde de la photographie, je m’intéresse à la littérature, au cinéma, aux séries, aux animaux et je pratique plusieurs sports pour garder la forme (et la ligne, car j’ai également une passion pour la nourriture…).

Dans la vie, j’essaie d’être positive et souriante, je me fixe des objectifs que j’essaie toujours d’atteindre. J’aime agir, aller de l’avant, mais je suis aussi perfectionniste et exigeante, ce qui ne fait pas toujours bon ménage.

2. Tu es modèle depuis longtemps ? Raconte-nous ton histoire par rapport au modelling, comment cela a-t-il commencé ? 

J’ai connu ma première expérience comme modèle photo en mai 2015, quand Ophélie Nicole m’a proposé (via un groupe Facebook qui n’avait aucun rapport avec la photographie -un coup de chance, donc) de poser pour des photos visant à promouvoir les bijoux créés par sa soeur Annabelle. J’avais presque 24 ans et l’envie de faire des photos était présente depuis longtemps, mais je n’aurais jamais osé proposer moi-même une collaboration à un photographe… J’ai donc sauté sur l’occasion et l’expérience fut merveilleuse !!! J’ai vécu une journée de rêve (me faire maquiller, coiffer… pendant des heures, personnellement, j’adore) qui m’a bien remonté le moral, au cours d’une période assez difficile. 3 semaines plus tard, Ophélie me recontactait pour une séance « Vintage » organisée pour le magazine « Pure Vintage ». Après ces deux formidables séances, j’ai contacté d’autres photographes durant l’été et… l’aventure a continué ! 🙂

3. C’est une passion ? Tu réalises également des prestations rémunérées ? Tu en vis ? 

La photo est uniquement une passion pour moi, je n’en vis absolument pas. Je n’ai jamais rien gagné, mis à part la chance de posséder de magnifiques photos de moi et de beaux souvenirs. Certes, j’ai déjà eu le droit de reprendre quelques bijoux utilisés pour des photos, ce qui est déjà très gentil. Néanmoins, je n’ai aucune espérance par rapport au monde de la photo, encore moins de la mode (je n’ai pas les mensurations de rêve requises et je suis petite…), je crois que ça m’évite bien des désillusions. En conclusion, je prends juste les bonnes expériences là où elles se trouvent !

4. En quoi te considères-tu différentes des autres modèles ? Qu’est ce qui te distingue à tes yeux ? 

Cette question est très difficile… Honnêtement, je n’ai rien de plus que les autres et j’ai d’ailleurs du mal d’avoir des « likes » sur ma page Lissa M., par exemple (peut-être aussi parce que je n’ai ni le temps ni la motivation nécessaires pour jouer le jeu de la course aux likes…). Je pense juste avoir un univers assez « cohérent », beaucoup de mes séances ont en effet un côté assez poétique, romantique et doux que j’affectionne particulièrement. Aussi, sans prétention aucune, je sélectionne beaucoup les demandes qui me sont adressées dans le but de garder cette « uniformité ». En aucun cas je ne cherche la quantité, je n’ai pas envie de répondre à des annonces ou à des demandes qui ne correspondent pas à ce que je voudrais faire ou à ce qui m’attire dans la photographie en général. Je crois que les gens qui me suivent apprécient ça, cette « cohérence interne » et ce côté « poupée fragile ».

5. Quelles sont les 3 photos de toi que tu préfères 

C’est très difficile de choisir… 

La première photo est un cliché de Carole Coulon (sans surprise…).

Capture d’écran 2017-01-28 à 16.42.27

La deuxième est une photo de Christophe Godegroid, super expérience, j’aimerais retenter un projet plus « original » comme celui-là !

Photographe Godfroid
Photographe Godefroid

La troisième est une photo de Lynhe Rose (qu’est-ce qu’on a eu froiiiid).

3e photo

6. Qu’est ce que le fait de poser t’apporte dans la vie ?

Que ressens-tu quand tu es seule face à l’objectif ? 

Que ressens-tu quand tu vois les photos de toi suite à une séance ? 

Le fait de poser m’a apporté beaucoup de confiance en moi ! Contrairement à ce qu’on pourrait croire au vu de cette activité, je suis une fille très complexée (certains photographes m’ont déjà fait la réflexion « Tu es complexée par tes jambes, par tes bras… je photographie quoi, moi ? »). Les photos m’aident à accepter davantage mon image.

Face à l’objectif, je me sens en général assez bien, surtout quand le contact passe bien avec le photographe (c’est EXTREMEMENT important, certains savent très bien s’y prendre). J’aime beaucoup être guidée, ça ne me dérange pas de travailler avec quelqu’un qui sait exactement où il veut aller, au contraire. Pour l’anecdote, je ne me suis jamais sentie aussi mal que devant l’objectif  de ma photographe préférée (Carole Coulon, pour ne pas la citer) car j’attendais cette séance avec une telle impatience que j’étais extrêmement stressée à l’idée de la rater… J’ai mis énormément de temps à me détendre, j’étais crispée… Ce qui est quand même un comble !

En général, découvrir les photos après une séance est un grand bonheur, voire une fierté. Quelle joie de constater que nos collaborations ont porté leurs fruits ! Il faut avouer que, si j’ai la chance de collaborer en prime avec une maquilleuse et une coiffeuse, le résultat est encore plus « professionnel ». Je suis heureuse à l’idée de montrer les photos à mes proches et de les partager sur ma page Facebook, aussi, même si parfois je la délaisse (ce qui est le cas pour le moment, car ma vie privée est très énergivore et chronophage pour l’instant !). Par contre, étant assez perfectionniste, parfois je ne suis pas satisfaite de mon expression, du mouvement de mes cheveux, du pli de ma robe, de la position de mon bras, de ma jambe… Il faudrait pouvoir voir les photos directement pour tenter de « corriger » le souci ! 😉

7. Quel conseils donnerais-tu à quelqu’un qui souhaite débuter dans ce milieu ? 

D’abord, je dirais à cette personne d’oser, à condition d’être un minimum à l’aise avec son image (le but n’étant pas de faire perdre son temps à un photographe, sauf s’il débute lui-même et cherche « juste » des expériences, évidemment). Ensuite, je conseillerais de bien choisir les photographes et les projets. Par exemple, sur Internet, on trouve beaucoup d’annonces concernant du nu, je reçois d’ailleurs assez régulièrement des propositions (mais bon sang, les gars, vous ne voyez pas qu’il n’y a PAS de nu sur ma page ??) et, pour moi, c’est impossible pour deux raisons. La première est relative à mon métier, la deuxième à mes limites personnelles. Je crois qu’il faut être certain(e) d’assumer ce que l’on fait sur un réseau social comme Facebook, dans un milieu comme la photographe où certaines informations circulent vite. Enfin, je pense qu’il ne faut pas se comparer aux autres, au risque de développer un sérieux complexe d’infériorité. Mieux vaut essayer d’évoluer par rapport à soi-même, à ses compétences, essayer d’améliorer ses expressions, ses poses… Bref, être heureux, satisfait, voire fier de ce que l’ON fait !

8. Quels sont tes projets photos en 2017 ? 

2017 commence avec beaucoup de projets personnels pour moi, qui demandent beaucoup de temps et d’énergie… J’avoue que, dans ces circonstances, la photo passe malheureusement un peu en arrière-plan. J’espère néanmoins avoir l’opportunité d’enfin collaborer avec des  photographes avec qui nous parlons de projets depuis un certain temps.

9.  Avec quel photographe rêves-tu de shooter ? 

Honnêtement, ma photographe belge préférée est, depuis le début, Carole Coulon. J’ai eu la chance de collaborer avec elle en septembre dernier, c’était un « objectif » qui se réalisait. J’aimerais beaucoup collaborer avec Samuël Jacob, avec qui j’ai déjà eu quelques contacts. Bien sûr, niveau « je bave devant toutes ses photos, si seulement un jour c’était possible qu’il découvre ma page… », je citerais David Olkarny.

Je pense que je pense plus à des projets qu’à des photographes. Ainsi, j’aimerais continuer dans un univers un peu « féérique », travailler davantage avec des fleurs, avec la nature, ou au contraire recommencer un projet plus « original » comme celui de Christophe Godefroid (avec les pelotes de laine).

10. Une chose que tu as envie d’ajouter et qui ne fait pas partie des questions précédentes ? 

J’aimerais ajouter que, grâce à la photographie, j’ai rencontré de très belles personnes : certains photographes avec qui le contact est particulièrement bien passé, des maquilleuses extrêmement gentilles et prêtes à m’aider, de très bonnes coiffeuses…

Je terminerai en disant que l’attitude du photographe est très importante pour mettre à l’aise un modèle : un peu d’humour n’a jamais tué personne et rien ne sert de vouloir pousser quelqu’un qui a bien spécifié ne pas faire de nu à se dévêtir, à part stresser le modèle, cela n’aura aucun effet !

Merci d’avoir demandé ma participation ! 🙂

Je remercie Lissa pour sa franchise et le temps consacré à ses longues réponses 😉 , n’hésitez pas à :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.