Sorties photos Mons

Il y a deux ans, Lam et moi avons fait le constat que nous avions plein d’amis intéressés par la photographie (de tous niveaux), qui avaient envie d’occasions pour pouvoir shooter et progresser.

Nous les avons d’abord réunis autour d’un verre et ensuite autour de thèmes photographiques.

Santarelli (7 sur 18)
Première étape

Nous avons parlé de logiciel de retouche libres, de la couleur dans la photographie, etc
Nous avons shooté autour de la macro-photographie, du portrait studio, du grand-angle, etc

Nous avons visité le musée de la Photo à Charleroi mais aussi la Photokina à Koln.

Santarelli (6 sur 33)
Portraits de Fabrice, fan des années 70
Santarelli (12 sur 22)
Lors de notre première sortie à la foire de Mons
Santarelli (26 sur 32)
Sortie grande-angle
Santarelli (30 sur 32)
Partage autour des images
Santarelli (51 sur 81)
Photokina à Koln
Santarelli (60 sur 81)
Photokina à Koln
Santarelli (62 sur 64)
Première sortie portraits
Santarelli (70 sur 81)
LE talk de Zack Arias à la Photokina

Vous l’aurez compris, nous sommes des passionnés !

Lors de notre dernière sortie, je présentais un atelier sur le portait avec une partie plus théorique (présentation orale) et une partie pratique (shoot par 4 autour d’une des 3 modèles présentes ce soir là).  J’en profite pour remercier Maylis, Fanny et Louise !

Quand j’anime un atelier, c’est l’occasion pour moi de réfléchir sur la manière dont je prends mes images mais aussi d’être surpris par les images des participants !

Thomas est initialement un client, passionné de photo, il nous rejoignait pour la première fois et à su surprendre Fanny dans une attitude naturelle :

Thomas Godart
Fanny par Thomas Godart

Jean-Michel a su capter une chouette expression de Maylis

Jean-Michel Renoirt - 2
Maylis par Jean-Michel Renoirt

Et m’a offert une image back-stage dont le jeu d’ombre me plait particulièrement.

Jean-Michel Renoirt
Backstage de moi-même en train de shooter Fanny, par Jean-Michel Renoirt

Fanny est passée de l’autre coté de l’appareil l’espace d’un instant :

santarelli (17 sur 19)
Moi-même par Fanny

Gaétan nous offre ce portait, pris dans l’hôtel de ville :

Gaétan 1
Fanny par Gaétan Santarelli

Et saisit cette image différente des autres, près de la Grand-Place

Gaétan Santarelli
Maylis par Gaétan Santarelli

Contre-jour avec la lampe LED par Florent :

Florent Letertre
Fanny par Florent Letertre

Portrait de Maylis sur la Grand-Place :

Florent Letertre2
Maylis par Florent Letertre

Lumière maîtrisée par Catherine

Catherine 2
Maylis par Catherine

J’ai été agréablement surpris par cette photo de détail de la tenue de Maylis.

Catherine
Détail par Catherine sur la tenue de Maylis

Lam joue avec les ombres de Louise

Lam
Louise à contre-jour par Lam
Lam2
Fanny par Lam

Vincenzo nous surprend avec ce portrait en noir et blanc.

vincenzo d
Maylis par Vincenzo Di Caro

Vous l’aurez remarqué, au niveau du post-traitement et de la qualité du capteur utilisé, tous le monde ne se bat pas à armes égales. Pour moi ce n’est pas l’important, il m’importe peu de voir l’image parfaite débarquer sur notre groupe par la suite. Ce que j’aime, c’est quand quelqu’un arrive à saisir une expression, une émotion ; quand il arrive à se dépasser lui-même pour prendre des images qu’il ne pensait pas pouvoir prendre techniquement.

Enfin, voici ma contribution à cette sortie :

Tout d’abord une photo prise avec la lumière d’un lampadaire et l’appoint d’une lampe de poche LED :

santarelli (3 sur 19)
Louise par Sébastien Santarelli

Le making of par mon ami Vincenzo

Vincenzo
Making of de la photo précédente, par Vincenzo Di Caro

J’avais ensuite envie de me servir de la structure d’Arne Quinze comme arrière-plan pour un portrait :

santarelli (18 sur 19)
Fanny devant l’oeuvre d’Arne Quinze, par Sébastien Santarelli

Enfin, je voulais tester le contre-jour avec mon nouvel éclairage LED :

santarelli (13 sur 19)
Fanny par Sébastien Santarelli

L’entrée sur le groupe se fait uniquement sur proposition d’adhésion par un des membres, et acceptation de cette candidature par les autres membres donc si ce genre de sorties vous intéresse et qu’on se connaît, contactez-moi.

Petit détail, la participation à ces ateliers est entièrement gratuite pour tous.

Comment avoir un fond flou ? Réponse à un internaute

Il y a quelques jours, j’ai reçu cet e-mail. Comme ma réponse allait sans doute en intéresser plus d’un, j’ai choisi d’y répondre sur le blog.
N’hésitez pas à me dire si ce genre d’article vous plait.

Bonjour Sébastien , je suis l’heureux propriétaire et novice d’un Fuji xm1 avec lequel j’arrive à faire de très belles photos de paysages en manuel, les bokeh je n’y arrive pas! si vous pouvez me donner quelques conseils sur les réglages que vous mettez en mode « m » , de la même façon pour des portraits …les mode préréglés visage doux , visage dans le mode plusieurs sélections; je ne les trouve pas efficaces … Quelle est donc votre ruse pour réduire à juste titre la profondeur de champ pour avoir des portraits américains avec une bonne netteté du visage sans trop de relief non plus . Merci d’avance pour ces petits conseils qui m’aideront à réussir ce type de clichés (bokeh et portrait ) N.b: au fait merci pour votre astuce du flash qui ne fonctionne pas en mode silence, je commençais à m’énerver , j’étais prêt à le retourner au Sav lol. — Benoit V

Envoyé de mon iPhone

Bonjour Benoît,
Le bokeh est cet effet de flou, qui survient hors de la profondeur de champ (la zone hors de celle sur laquelle on a fait la mise au point).

20140302-090443.jpg

Il y a plusieurs paramètres qui peuvent l’accentuer :
la taille du capteur : l’effet sera plus fort, à autres réglages identiques, sur un capteur plein format , là où nous avons un capteur plus petit de moitié dans les Fuji. Evidemment, pas très facile de jouer sur ce paramètre après l’achat de l’appareil 🙂
l’ouverture de l’objectif : au plus l’ouverture est grande, au plus la profondeur de champ sera petite et donc la « zone floue » importante.
20140302-091223.jpg

la distance entre le sujet et l’appareil : au plus la distance entre le capteur et le sujet sera petite, au plus l’effet sera prononcé (réduction de la profondeur de champ).
20140302-090356.jpg

la focale : au plus la focale est importante, au plus l’effet sera marqué. Vous avez déjà sans doute remarqué qu’il était plus facile d’avoir cet effet à 50mm qu’à 16mm.
20140302-090855.jpg

En rassemblant donc mes différents propos ci-dessus, on peut retenir que si vous souhaiter avoir l’effet de flou maximal avec votre matériel existant, il faudra : ouvrir le diaphragme à son maximum, mettre l’objectif au maximum de sa focale et réduire la distance avec le sujet et vous. Si vous avez envie de vous faire plaisir dans un objectif qui facilitera tout cela, Fuji propose un 35mm 1.4 et désormais un 56mm 1.2.

La forme du bokeh va être influencée par la forme du diaphragme (pour des raisons que l’optique géométrique peut expliquer), on retiendra qu’au plus le nombre de lamelles qui composent le diaphragme est important, au plus sa forme sera arrondie et appréciée des photographes.

A propos des portraits, je n’utilise jamais les « modes » de l’appareil puisque je tire exclusivement en RAW. La plupart du temps, je tire en mode A, justement pour pouvoir avoir là main sur la profondeur de champ. Donc les portraits, je les réalise en appliquant tout ce que je viens d’expliquer ci-dessus.

Toutes ces notions sont abordées (et beaucoup d’autres) lors de mes workshops, rejoignez ma page Facebook pour rester au courant de leur organisation.

Beau dimanche à tous !

PS : les photos de cet article ne sont pas toutes issues du X-M1 mais nous parlons de généralités en photographie, elles illustrent donc chaque point repris ci-dessus.