Instagram, en tant que photographe, ça sert à quoi ?

Quoi ? Tu ne me suis par encore ? direction https://instagram.com/sebienmoi !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image.png.

Partager son travail

Envidemment, fonction première de la plateforme, poster ses images accompagnées de #hashtags pour faire connaître son travail.

Concernant cette fonctionnalité, j’attirerais l’attention sur le fait de segmenter le contenu de vos comptes. Par exemple, en ce qui me concerne, le travail lingerie va sur un autre compte et les photos de mon chat sur un troisième. Cela permet à vos visiteurs de voir en un regard de quoi le compte traite et de s’abonner ou non.

Trouver des clients

J’ai déjà réalisé le mariage de plusieurs de mes followers et ce qui est excellent avec cette clientèle, c’est qu’il connaissent fort bien mon travail et son donc particulièrement en confiance lors du mariage !

Garder du lien avec cette commaunauté

Au travers de l’utilisation des stories, on peut partager une partie de son travail quotidien, intéragir avec sa communauté, c’est assez sympa et on se prend vite au jeu !

Trouver des modèles

Si le portrait fait partie de ce que vous pratiquez, Instagram est aussi un très bon moyen d’entrer en contact avec des modèles, tout en leur permettant un accès direct à vos images. Cela leur permet aussi de voir qui vous êtes, de contacter des gens qui ont travaillé avec vous par le passé et donc d’être à fond en confiance lors de votre prochaine collaboration !

Des portraits, personnels et vrais :)

En octobre, je vous annonçais  : 2019, une année différente !

Il m’a fallu un peu de temps pour me remettre en selle, j’ai pris le temps de ne pas prendre de photos, de prendre des photos de nature mortes, de paysages, de villes, pour enfin me remettre au portrait début mars !

J’avais envie de faire simple :

  • Appareil + 1 objectif 35mm (parfois la facilité du 56mm 1.2 mais vraiment pas la priorité)
  • Pas de flash = profiter de la lumière des lieux
  • Pas de réflecteur = lire la lumière et faire avec ce qui est disponible.

« Je vais juste me consacrer à photographier d’autres moments , plus personnels , des proches , des instants quotidiens , des amis , des lumières. »

Mon souhait était de découvrir des gens, de sentir ce que je vois de leur personne et de saisir cela en image ! Parfois des têtes connues, parfois des inconnus. L’exercice est évidemment différent selon le degré de connaissance mais je voulais ce type d’images.

Tout a repris avec Lucile, quelque images en centre ville, en ce concentrant sur la personne, ses yeux, sa douceur.

Ensuite, c’est avec Aude que j’ai décidé de réaliser quelques images. Je sens un reflexe de « sourire de communiant ». Ce sourire que l’on a sur toutes les photos depuis l’enfance, et qui ne m’intéresse que très peu. Je réussi à l’emmener sur deux autres terrains :

Le sourire les yeux fermés (by the way j’adooore ce genre de photo):

Petit tip pour mes amis photographes : ces images se cachent entre les prises. Choisissez un modèle au visage expressif, chez qui les expressions varient assez franchement et rapidement. Préparez-vous à balancer une rafale, attendez la fin d’un pose, dites une connerie et appuyez sans arrêt : un brin de chance et l’image y sera ! 

Un coté pétillant et un sourire direct

Ensuite, c’est avec Gloria que j’ai pu reprendre quelques images plutôt dans un style « intérieur/lingerie ». J’ai retrouvé le plaisir de jouer avec les reflets et toute la difficulté de ce genre d’images. (que vous découvrirez sur https://www.instagram.com/ladouceurdunmatin/  Go Follow :)) )

Puis vient le temps de la pause, de quelques jours à Londres qui méritent un article à eux-seuls et le portrait à l’arrachée de mon amie Maylis :

https://www.instagram.com/p/BwUz-pEngX9/?utm_source=ig_web_button_share_sheet

Eve était en secondaire dans la même école que la mienne, et on a fait des images ensemble il y a quelques temps. J’avais déjà été surpris par sa capacité à se déconnecter de l’objectif, à vivre sa vie malgré la présence de l’appareil dans la pièce et par sa générosité dans l’échange. Elle donne vraiment beaucoup d’elle-même dans le shoot, le choix des lieux, des prises de vue. J’ai donc senti une suite logique avec ce que j’étais en train de reconstruire quand on a reparlé de faire des images.

Retrouvailles avec la lumière du soir près de la colonne du Congrès (amis photographes, ici aussi je vole ce sourire vrai en disant une connerie).

Le Mont des Arts fait partie de la visite. Cela me paraissait tellement normal d’aller faire des photos là bas, j’adore la vue, le lieu et cela collait bien au sujet, qui vit actuellement sa vie à Bruxelles.

Ces images ont aussi été l’occasion de faire du portrait en intérieur, tout en simplicité et toujours avec aussi peu de matériel.

De ces quelques portraits, je retire l’envie de continuer à créer de nouvelles images authentiques, connectées avec mes sujets. Là où l’an dernier m’a pris beaucoup d’énergie, je sors plein d’énergie de ces échanges, de ces moments à rechercher la manière dont je perçois l’autre, qui me confie son image pour quelques moments, hors du temps.

Pour la suite, j’ai la chance de refaire des images cet été avec Sarah, qui avait posé dans les rues de Mons avant de partir pour le Canada et je suis toujours ouvert à de nouveaux projets, qui me feront avancer dans cette ré-appropriation de mes images 🙂

https://www.instagram.com/p/Bwyn6pDl5td/?utm_source=ig_web_button_share_sheet

 

EDIT 

Si vous désirez poser pour d’autres photographes (talentueux à mort, on parle de David Taquin & Thomas Bouquet) et moi-même, filez poser votre candidature .

Le Fujifilm XF-10

Une fois n’est pas coutume (ou deviendra coutume), mon feedback cette fois-ce se passe sur ma chaîne YouTube !

Vous y trouverez mon avis sur le Fujifilm XF-10, après une semaine de tests. Pas un test technique ou approfondi, mais un ressenti personnel sur la bête en une bonne dizaine de minutes.

Le lien pour le trouver sur Amazon : ICI

Le lien pour le trouver chez Photo Galerie : https://www.photogalerie.com/appareils-photo/compact-numerique/compact-fuji/serie-x/fujifilm-finepix-xf10-black 

Quelques exemples de photos prises avec le Fujifilm XF-10 :

La lumière du matin, la lumière du soir

Depuis plus de deux ans, je travaille à Bruxelles et prends le train 4* semaine. Ces trajets m’ennuient et une manière de les rendre utile est, pour moi, d’embarquer mon Fuji xt10 et de prendre quelques images, que je publie souvent en story sur Instagram, parfois en post.

Le tout sans retouche donc, histoire de se forcer à travailler correctement à la prise de vue 🙂

Ces lumières, surtout en cette saison, me passionnent ! J’adore prendre quelques minutes pour les observer, puis pour les figer sur l’appareil !

Celle-ci a été prise un matin en gare de Mons.

la précédente et la suivante sur le pont au dessus du ring à Mons

Et cette au travers d’une vitre dans le train , du côté de Soignies, si j’ai bonne mémoire, un matin d’octobre !

N’hésitez pas à me rejoindre sur Instagram pour voir ces images en story ! Https://Instagram.com/sebienmoi

Souvenirs de Bretagne

Cet été, je suis parti en Bretagne. J’avais uniquement un boîtier et un 35mm, pas envie de voyager chargé en vacances et envie de renforcer mon coup d’œil avec cette focale que j’affectionne déjà beaucoup.

Quelques clichés souvenirs de cette semaine :

Coucher de soleil sur la plage, mes photos sont plates, et je cherche un avant plan . Je trouves ces petites fleurs et hop cette petite fille vient décorer l’arrière plan !

Les toitures caractéristiques de la région.

le ciel était toujours bien rempli de jolis nuages, ici au port de Perros-Guirrec.

Et un détail pour terminer le séjour :

2019, une année différente ! 

La photographie occupe mes weekends, des soirs en semaine, et mon esprit très souvent depuis le début de ma vie professionnelle.

Je viens de vivre une saison de mariage intense, pleine d’images & d’émotions, avec des couples adorables mais la fatigue est là, de plus en plus forte chaque année malgré que j’ai déjà choisi de réduire le nombre de reportages de mariages que je réalise annuellement.

J’ai pu m’éclater sur chaque mariage , saisir un maximum d’instants magiques , jusqu’au dernier mariage du 07 octobre lors duquel la lumière était magnifique et les deux amoureux juste parfaits !

Depuis mes débuts , j’ai pu rencontrer un tas de photographes de mariages géniaux , les mêmes que ceux que j’observais avant et des nouveaux , qui maintenant sont des gens avec qui je peux rire autour d’une bonne bière.

J’ai aussi pu voir plusieurs amis ou connaissances lancer leur business dans la photographie, et les voir progresser , s’amuser.  Je pense à Santina, Chloé, David , Jean-Michel , Thomas , sans doute d’autres, et tout récemment Jeremy !

J’ai, par ailleurs et sans prétention, une vie professionnelle bien remplie et cette année , je ressens le besoin de m’offrir une pause.  J’ai aussi consacré beaucoup de week-ends à cette activité , en m’oubliant un peu dans toute cette histoire.  J’ai envie de pouvoir vivre plusieurs week-end d’été de suite sans devoir me soucier de retouches photo ou de clients à livrer; sans devoir décliner des moments en famille parce que je n’ai pas un week-end de libre sous 4 semaines , sans être pressé d’aller dormir le vendredi parce que le samedi sera une journée de 15h de travail.

En 2019, je ne ferai qu’un seul mariage, en juin, pour lequel je me suis déjà engagé et qui s’annonce déjà magnifique et plein de douceur !

Deux amis photographes, Marie et David ont accepté que je leur transmette les demandes que des clients potentiels me feront cette année. Ils vous offriront un service de qualité, dans lequel le client est au centre de leurs préoccupations, point bateau mais très important à mes yeux.

Pour ma part, je ne vais évidemment pas arrêter la photographie , qui reste une passion et une manière de m’exprimer. Je vais juste me consacrer à photographier d’autres moments , plus personnels , des proches , des instants quotidiens , des amis , des lumières.

 

View this post on Instagram

 

Sortir les yeux du train ! #sncb #train #photography #morning #sun #soignies #photographer #picoftheday #fuji #fujifilm

A post shared by sebastien s (@sebienmoi) on

J’adore sortir avec mon appareil et tirer le portrait d’un ami autour d’une bière ; saisir une lumière matinale incroyable ou juste promener mon appareil une journée, en ayant l’option de ne pas être inspiré par quoi que ce soit.

Je pense aussi insuffler un nouveau dynamisme dans le groupe « sorties photo mons » pour renforcer les éléments de partage entre passionnés et professionnels de l’image.

Je reprendrai la réflexion sur mon positionnement dans le monde de la photographie l’an prochain , à la même période , afin de vivre 12 mois de repos.

Vous pourrez suivre mes aventures de près sur Instagram, et d’un peu moins près sur ma page Facebook.

Merci pour tous vos feed-backs cette année , vos likes, vos commentaires , les moments partagés.

Au plaisir de revivre de formidables aventures photographiques avec les passionnés d’entre vous ,

Sébastien

[Mariage] – Le beau mariage d’Elise & Jérémy et de l’importance d’avoir un second shooter !

Je connais Jérémy depuis 2013 pour avoir travaillé avec lui au sein de la même équipe dans la société EASI, basée à Nivelles. Lorsqu’il m’a annoncé son mariage, j’ai été impatient de pouvoir réaliser les photos de celui-ci. Travaillant dans le graphisme et photographe à ses heures perdues, j’étais persuadé que j’allais pouvoir m’exprimer entièrement lors de ce mariage.

Je prendrais sans doute le temps un jour de vous parler en détails du matériel qui m’accompagne lors d’un mariage mais à ce stade :

Je vous présente ici une courte sélection des images remises à mes amis, je me tiens à votre disposition pour vous partager davantage d’images, à la demande.

Tout à commencé de bonne heure dans le Brabant Wallon avec une robe suspendue devant une fenêtre

Photo par : http://facebook.com/seb.santarelli

Mes fabuleux clients nous avaient préparé un lunch à emporter dans la voiture ! Charmante attention !

Photo par : http://facebook.com/seb.santarelli
Photo par : http://facebook.com/seb.santarelli

Ensuite, séance maquillage avec une maquilleuse pro, qui avait amené son miroir avec lampe, sujet éclairé au top !

Photo par : http://facebook.com/seb.santarelli

J’adore observer les mains lors des journées de mariage, elles sont assez révélatrices du ressenti des deux amoureux, et ce à tout moment. Utile pour une image ou l’autre, mais aussi simplement pour capter encore d’avantage l’état d’esprit dans lequel sont mes sujets.

Photo par : http://facebook.com/seb.santarelli

Ensuite, on a filé chez Jérémy, pour quelques photos de ses préparatifs (je vous passe la photo de son boxer à macarons colorés, cela reste dans sa sphère intime), et vous partage une petite photo de famille toute classique, dans cette pièce pleine de lumière.

Photo par : http://facebook.com/seb.santarelli

Ensuite, direction le Chateau de la Hulpe pour quelques photos du couple et des familles. Elise attend son prince dans l’allée.

Photo par : http://facebook.com/seb.santarelli

Comme vous le voyez sur la prochaine photo, le temps n’était pas au beau fixe (pluie fine) mais nous avons pu réaliser ces images sereinement, entre-autre grâce aux parapluies prévus en masse !

Photo par : http://facebook.com/seb.santarelli

Je vous ai déjà parlé de ce que j’aimais saisir comme moment et l’importance que j’accorde à des images authentiques et vécues, jusque pendant la séance de couple et c’est encore ce que j’ai recherché cette fois, en saisissant par exemple ce sourire :

Photo par : http://facebook.com/seb.santarelli

Ou ce moment câlin quand je leur demande de regarder vers l’étang pour jouer avec les couleurs déjà automnales en ce début octobre.

Photo par : http://facebook.com/seb.santarelli

Parfois, quelques images plus classiques pour la postérité.

Photo par : http://facebook.com/seb.santarelli

Ensuite, direction l’église, qui ressemblait à tout sauf à une église classique telle que l’on pourrait la connaître dans ces petits villages. Les mariés ont une position centrale, face au célébrant et l’assistance prend place tout autour d’eux, dans une ambiance très lumineuse !

Photo par : http://facebook.com/seb.santarelli

Dès l’arrivée dans l’église, je sens que l’émotion va être présente. et je ne me trompe pas, dès l’entrée d’Elise, je suis servi et cela continuera à dose constante jusqu’à la fin de la célébration.

Photo par : http://facebook.com/seb.santarelli

« Vous pouvez embrasser la mariée… »

Photo par : http://facebook.com/seb.santarelli

Comme d’habitude, je reste attentifs aux regards, juste après les baisers, qui sont parfois tendres, parfois protecteurs, mais très souvent plein de sentiments !

Photo par : http://facebook.com/seb.santarelli

A la fin de la célébration, beaucoup de photographes que j’ai pu observer au travail quittent l’église en premier afin d’avoir une bonne place pour la sortie des mariés. Je dis STOP ! Vous aurez de toute facon une bonne place, si vous sortez juste avant le couple et que vous reculez dans les gens, qui s’écarteront avec bienveillance. Si vous y allez trop tôt, vous risquez :

  • de rater ces moments assez intenses au coeur de l’église
  • que quelqu’un vous passe devant à la sortie des mariés puisqu’il aura déjà oublié votre présence.

Photo par : http://facebook.com/seb.santarelli

Photo par : http://facebook.com/seb.santarelli

Comme annoncé, je sors juste avant les mariés, en reculant et hop hop hop c’est dans la boîte.

Photo par : http://facebook.com/seb.santarelli

Ensuite, nous nous rendons à la salle pour les photos de groupes. Classiques.

Photo par : http://facebook.com/seb.santarelli

Et moins classiques.

Photo par : http://facebook.com/seb.santarelli

La déco de la salle est soignée, avec entre-autre des impressions type Polaroïd qui attirent mon oeil de passionné.

Photo par : http://facebook.com/seb.santarelli

Les discours toujours suivis de belles embrassades.

Photo par : http://facebook.com/seb.santarelli

Le gâteau pendant lequel j’utilise systématiquement la lumière des feux de Bengale pour éclairer mes sujets.

Photo par : http://facebook.com/seb.santarelli

Pour suivre, quelques diaporama sur la jeunesse de nos amoureux.

Photo par : http://facebook.com/seb.santarelli

Le moment également de replonger sur les mains pour un détail, avec alliance.

Photo par : http://facebook.com/seb.santarelli

L’ouveture du Bal, c’est à ce moment que j’aime varier les lumières en utilisant :

Photo par : http://facebook.com/seb.santarelli

Photo par : http://facebook.com/seb.santarelli

En mariage qui se respecte, je suis parti peu après « Les sardines » de Patrick Sébastien !

Photo par : http://facebook.com/seb.santarelli

En complément de la journée, Jean-Michel Renoirt m’a accompagné afin que je puisse lui partager encore davantage ma manière de travailler et de lui permettre de s’exercer à ce qui constituera une petite surprise pour Elise et Jérémy, à retrouver en fin d’article !

Disposer d’un second shooter m’a permis de voir apparaître quelques images bien complémentaires des miennes, que ce soit par le cadrage différent lors de moments clés ;

07102017-3071

Le focus et angle différent

07102017-2897

Des images très « moment volé’

07102017-2923

un focus sur les mains avec une chair de poule d’émotion, qui complète encore davantage à merveille la série. 
07102017-2995
Un autre angle sur un moment sympa :

07102017-3206

Et enfin, une série d’image argentiques en noir et blanc que Jean-Michel a développée lui même dans son labo personnel, et dont il a fait cadeau aux mariés !

photoiphone

Merci à mes mariés pour leur confiance et à Jean-Michel pour la compagnie et toute l’attention prêtée à mes conseils !

J’ai été très heureux de pouvoir réaliser ce reportage et de pouvoir partager ma photographie avec un second shooter, et avec vous aujourd’hui au travers de cet article !

Dis Jacques, le portrait, avec ou sans sourire ?

Suite à un échange sur un groupe Facebook de portraitistes, j’avais envie de vous parler aujourd’hui du sourire.
Quand on réalise un portrait, les gens s’attendent systématiquement à voir une photo avec un sourire et cela m’énerve à chaque fois donc je vais m’exprimer une bonne fois pour toutes ici, puis je pourrai juste leur envoyer le lien vers ce contenu ! haha

Santarelli(0001sur0038)
A mes yeux, un portait reflète la manière dont je vois ma modèle à l’instant ou je la photographie, dans l’humeur dans laquelle elle est ce jour là. Certains appellent cela des images naturelles. Pour ma part, j’appelle cela des images réalistes ; mon approche photographique est de mettre en image le reflet d’une réalité.
Parfois, le sourire vrai et franc prend le dessus, mais parfois, je vois davantage un mur froid, de la tristesse, de la nostalgie et j’ai envie de laisser la personne vivre ses émotions et les figer.
Lors d’une séance photo, souvent, la discussion est ouverte, franche, et beaucoup de choses sont partagées (en tout cas bien plus que quand cette première discussion n »a pas lieu autour d’un appareil photo). Parfois cela amène la personne à se dévoiler davantage que de se cacher derrière un sourire de façade. Ce ne sont pas toujours les photos qui plaisent directement le plus à la modèle mais bien à ses proches puisqu’elles illustrent l’état de leur amie, de leur fille, à la période lors de laquelle on l’a photographiée. Quelques années plus tard, ce sont, par contre, les images dont on se souvient.
Je n’ai pas la prétention d’avoir la vérité au sujet du portait, mais j’avais envie de défendre une certaines vision de la photographie et de mettre fin à cette vérité générale du sourire en shooting !

Et vous , votre avis sur la question ? On en parle en commentaire ou sur Facebook !

Tutoriel – Gagner du temps en utilisant un contrôleur MIDI pour post-traiter ses photos !

Je vous l’ai déjà expliqué plusieurs fois, un de mes objectifs photographiques permanent est de minimiser mon temps de post-traitement, par rapport à celui de la prise de vue.
La raison principale de ceci est que je prends beaucoup plus de plaisir à prendre des photos, qu’à rester tout seul sur mon ordinateur !
Dans ce but, j’ai déjà :

  • Choisi de me tourner vers du matériel Fuji, qui offre des simulations de film proches de ce que recherche comme rendu et donc l’EVF me permet de vérifier en live le rendu de mes images.
  • Choisi de m’équiper en SSD pour le disque dur, afin de minimiser le temps de chargement des images sur l’ordinateur.
  • Pris le pari de m’approcher un maximum du rendu final de mes images, lors de la prise de vue
  • Mis en place quelques presets Lightroom efficaces.
  • Revu mon flux de tri & post-traitement

Une amélioration possible qui avait déjà attiré mon attention il y a quelques années est le fait d’utiliser autre chose qu’une souris et un clavier pour naviguer dans les nombreuses options de traitement qu’offre Lightroom : un contrôleur MIDI (genre une table de mixage pour PC).

Récemment, nous avons assisté à la sortie de Loupedeck

Source : Loupedeck.com
Source : Loupedeck.com

mais sans vouloir paraître radin, 369 euros pour quelques contrôleurs sur une plaque noire, cela fait un peu cher à mes yeux.

J’ai donc posé la question à mon réseau Facebook et Marco m’a répondu qu’il utilisait un contrôleur midi KORG pour cela, et que c’était vachement moins cher tout en lui permettant de gagner un temps fou. Cela confirmait mon intuition sur les deux plans, j’ai choisi de passer à l’action !

  • J’ai commandé le Korg KOH Nanokontrol2-WH Surface de contrôle Blanc sur Amazon pour 42 euros en blanc, en plus ce sera davantage assorti à mon bureau que le noir.
  • J’ai téléchargé MIDI2LR
  • J’ai attendu 1 jour ouvrable (contre 5 à 7 pour l’envoi chez Loupedeck soit dit en passant).
  • J’ai reçu cette petite boîte :

    La boîte du KORG NanoKontrol 2
    La boîte du KORG NanoKontrol 2
  • J’ai branché le contrôleur sur l’ordinateur et ai installé le programme.

Le logiciel MIDI2LR est super simple pour la configuration. Il suffit de bouger un bouton du contrôleur pour ensuite lui affecter une fonction.
J’ai laissé les fonctions de Crop et d’ajustement des couleurs pour le clavier et la souris (mis à part la balance des blancs), mais tout le reste fait partie de la configuration.

Capture d’écran 2017-08-04 à 16.21.43

Si vous êtes fainéant, je vous propose même de télécharger ce petit fichier que vous pourrez importer dans MIDI2LR via le bouton Load pour partir d’une configuration de base : la mienne. Notons que j’utilise du Fuji, je fais référence au preset Monochrome dans ma config.
Je vous la donne au travers d’un partage Dropbox, qui vous permettra de disposer de la dernière version, si je la modifie.
Elle n’est sans doute pas encore optimale, elle dépend de mes habitudes de traitement, mais l’avantage de cette solution, c’est que vous pourrez toujours reconfigurer quelques boutons en fonction de vos habitudes de travail mais comme cela, après l’import de mon fichier, vous pouvez directement jouer avec votre nouvelle acquisition ;-).

Pour plus de facilité tant que ce n’est pas devenu un automatisme, j’ai collé quelques petites étiquettes pour faire références aux boutons couverts par les différentes touches et les multiples contrôleurs. Ce n’est pas très sexy mais ça ne durera pas.

FullSizeRender

Comme vous pouvez le voir sur cette petite vidéo, c’est assez précis et super réactif, fini de promener la souris sur l’écran pendant des kilomètres pour retoucher un mariage !

IMG_2506

Dans les prochaines semaines, je pourrai déjà confronter mon point de vue à celui de mon ami et admin de I shoot for free , Didier Toussaint qui a déjà craqué pour cette solution également.

En une phrase, j’approuve cette petite installation, qui me fera gagner du temps, pour 42 euros de matériel et 45 min de configuration investis !

Si vous avez craqué : le lien vers le matériel au dernier prix Amazon :